« Migrations intimes »: des femmes disent l’exil

Honneur et fierté d’avoir contribué à l’exposition « Migrations intimes » en tant que recueilleuse de récits de vie pour Appartenances. Les EspaceS FemmeS de Lausanne, Yverdon-les-Bains et Vevey ont célébré leur vingt ans d’existence: cette exposition est née de la volonté de marquer le moment en donnant, évidemment, la parole aux femmes de manière collective.

Elle est actuellement visible à Morges, à l’Espace 81, Grand-Rue 81, jusqu’au 2 décembre 2017.
« Migrations intimes » a été vernie au printemps 2017 à Lausanne, il est le fruit des rencontres de recueil que j’ai eu la chance de mener, couplé avec le puissant travail photographique de Hélène Tobler mise en forme par les graphistes Jean-Christophe Delisle et Pia-Lise Pittet.

 

 

 

 

 

En voici quelques planches…

________________________________________________

 

 

Derrière la migrante, la femme…

Photo expo Yasmin et Michelle

« Derrière la migrante, la femme », l’exposition visant à faire un sort aux stéréotypes sur la migration féminine mise sur pieds par RECIF et soutenue par le Service de lutte contre le racisme de la Confédération, propose douze récits de vie et autant de portraits grandeur « presque nature » de chacune des femmes présentées.

Cela vous intéresse? Voici la fiche technique ! L’exposition est  à disposition gratuitement si vous souhaitez la présenter. Il suffit de vous adresser à 2000@recifne.ch.

Et voici comment ça a démarré…

En 2014, dans le cadre des 20 ans de RECIF, le Centre de rencontre et d’échanges pour les femmes migrantes et Suissesses installé à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds, nous avons décidé de monter une exposition autour de la migration féminine en cherchant notamment à remettre en question les stéréotypes victimistes.

Nous avons donc eu la chance de rencontrer douze migrantes en lien avec RECIF qui ont accepté de nous parler de leur parcours de migration et de la manière dont cette étape a impacté durablement leur  parcours de vie. Nous avons surtout rencontré douze femmes aux personnalités bien affirmées, fortes et sensibles, ayant fait de cette expérience une richesse, même si elles ne nient pas les difficultés liées à ce qu’il faut bien appeler un déracinement.

Toutes nous ont raconté leur vie d’avant, lorsqu’elles vivaient dans leur pays et pensaient y passer toute leur existence, avant de devoir traverser, souvent sans le souhaiter, une migration liée à un conflit, à une rencontre, à une situation économique difficile. Elles ont ensuite évoqué leur vécu actuel, ce qui les anime, la manière dont elles ont (re)construit leur vie ici. Et, pour la plupart, comment le premier apprentissage, celui de la langue, a été celui de leur autonomie retrouvée.

Ce travail, mené main dans la main avec l’artiste chilienne Fabiola Barrientos Loebel, a été un immense enrichissement pour la praticienne de récits de vie que je suis. Fière de toutes ces femmes qui ont osé dévoiler un peu de leur intimité, heureuse d’avoir pu travailler avec une artiste aussi talentueuse que Fabiola, ravie d’avoir pu contribuer ainsi à un projet mettant en exergue l’admirable travail réalisé par RECIF au quotidien.

Cette exposition a été soutenue financièrement par le Fonds fédéral de lutte contre le racisme.

Aujourd’hui, l’exposition, après avoir été vernie à Neuchâtel en novembre 2014, tourne en Suisse romande et en France.

Des pionniers, et des pionnières!

En été 2012 paraît un magazine célébrant les 100 ans de l’association neuchâteloise des journalistes. Mes collègues et moi-même avons passé en revue toutes les péripéties de cet incroyable métier en terres neuchâteloises, en allant à la rencontre des hommes et des femmes qui ont façonné cette histoire.

Les femmes… et journalistes en plus! Voici l’histoire de quelques pionnières qui ont forgé (forcé?) la route pour les suivantes… Les journalistes ont 100 ans

« Yvette Théraulaz: Histoire d’elle »

Le 1er octobre 2013 est paru « Yvette Théraulaz Histoire d’elle », aux éditions de l’Aire. Où comment Yvette Théraulaz m’a accordé sa confiance, m’a ouvert sa cuisine et son coeur pour se raconter… acceptant ma volonté d’aller à la rencontre de la femme plus que de l’artiste. Même si les deux sont, évidemment, liées. Cette rencontre a donné naissance à ce récit de la vie d’une femme d’ici, une histoire personnelle qui se tricote avec la grande trame du temps. Et un voyage, pour elle comme pour moi, qui commence à peine…

photo-16