Bienvenue à Filigranes !

stempelpapier

F comme Filigranes. Référence au papier qui craque, à la plume qui crisse, à « l’entre-les-lignes » c’est aussi un clin d’oeil à tout ce qu’on ne distingue qu’en transparence, qui échappe au premier regard. A l’entre-deux, le mi-clos, le dialogue entre ombre et lumière. A ce qui affleure sans qu’on y prenne garde. A mes activités d’écriture, mais aussi de formatrice et de coach narrative. Et si vous cliquez ici, vous aurez accès à mes dernières actualités.

Florence Hugi

 

F comme Florence Hügi, très vite amoureuse des mots, des sons, de ses semblables. Libraire par goût des lettres, puis journaliste par passion des gens. En presse écrite, puis à la RTS, option télévision.

F comme Femmes (et hommes!). Après diverses formations complémentaires, en Etudes Genre, en coaching et en recueil de récits de vie notamment, elle a dirigé le Service de l’Egalité des chances des Hautes écoles spécialisées de Suisse romande (HES-SO). Elle a, depuis, étoffé sa palette: intervenante en Thérapie sociale, elle est formée aux Pratiques narratives et au Journal créatif.

F comme Formatrice (etc…). Depuis six ans, elle est à la tête de Filigranes, une entreprise dédiée à la formation, l’accompagnement individuel et collectif et à l’écriture.

Spécialiste des questions de genre et de diversité, elle accompagne, en groupe ou en individuel, de nombreuses femmes (et quelques hommes) souhaitant prendre une place plus active dans la vie publique, professionnelle ou politique.

Praticienne en histoire de vie, elle anime des ateliers d’écriture créative et/ou autobiographique. Ce sont ses engagements d’accompagnement et d’écriture qui l’ont menée aux Pratiques narratives, dont elle est tombée amoureuse et qu’elle intègre à toutes ses activités. Elle intervient aujourd’hui sur mandats, auprès d’entreprises, d’associations, de collectivités publiques ou de Hautes écoles, tout en développant des projets « maison ».

 

Parce que… 

« Puissions-nous mourir de l’envoûtement de la folie plutôt que de vivre de l’exorcisme du raisonnable »…

                       … phrase attribuée à un certain « Eniomel Thermie » à l’étonnant pseudo.